LANSCAPE, ici ou ailleurs

                                     C’est parce que ” la photographie est la littérature de l’oeil” (Remy Donnadieu)

                                       que mes images tendent de plus en plus  à l’épure, comme pour aider  à voir  l’illusion de la réalité, en éliminant le superflu et en  luttant contre l’évidence.

                                                      Je n’écris pas  un roman, 

                                  seulement une interpretation de la lecture que je fais du monde dans lequel nous vivons,

                 la construction mentale d’une réalité qui m’offre sa lumière à travers les ombres,

                                          la capture d’une mémoire qui garde des choses difficiles d’une façon simple: la vibration du vivant s’en trouve ainsi éternelle.